Biographie des intervenants

Françoise Chambefort est une artiste-chercheuse. Elle travaille aussi bien le son que l’image fixe ou animée et considère les données comme un matériau à part entière dans ses créations (http://francoise-chambefort.com). Conservateur en bibliothèque universitaire depuis une vingtaine d’années, elle a repris ses études en 2012. Diplômée d’un Master en multimédia option Musique et son (2015) et d’un doctorat en sciences de l’information et de la communication (2020), elle travaille sur les flux de données et leurs potentialités narratives au sein du Pôle Conception, Création, Médiations du Laboratoire ELLIADD (Université de Franche-Comté).

Yves Citton est professeur de littérature et media à l’université Paris 8.Il est jusqu’en 2021 directeur exécutif de l’EUR ArTeC (Arts, Technologies, numérique, médiations humaines et Création). Il co-dirige la revue Multitudes et a publié récemment Générations Collapsonautes. Naviguer en temps d’effondrements (avec Jacopo Rasmi, 2020), Contre-courants politiques (2018), Médiarchie (2017), Pour une écologie de l’attention (2014), Zazirocratie (2011). Ses articles sont en accès libre sur www.yvescitton.net.

Jehanne Dautrey, docteure en philosophie (Université de Lille 3), a été directrice de programme au Collège international de philosophie de 2001 à 2007. Elle a écrit sur la musique (« Musique architecture », Rue Descartes, nr 56, 2007), la danse (Pavillon noir, Paris, Xavier Barral, 2007). Elle est depuis 2009 professeur de philosophie à l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy (Ensad Nancy), où elle a monté plusieurs programmes de recherche en relation avec l’art et le design : elle y a coordonné notamment la plateforme de recherche Artem de 2011 à 2016, animé les ateliers de recherche et de création « Strange Behaviors » et « Care ». Elle a également dirigé plusieurs ouvrages et colloques consacrés à la recherche en art, en partenariat avec le ministère de la Culture : Chercher sa recherche (Lyon, pul, 2010) ; La Recherche en art (Paris, éd. mf, 2010) ; colloque Art et recherche (Paris, mcc/EnsaPC/Ensa Belleville, 2012). Ses dernières publications portent sur les pratiques participatives (Milieux et créativités, Paris, Les presses du réel, 2016), le design (Strange Design. Du design des objets au design des comportements, avec Emanuele Quinz (Paris, éd. it, 2014) ; Design et pensée du care. Pour un design des microluttes et des singularités (Paris, Les presses du réel, 2019). sur l’architecture et le design Identités du transitoire (PdR, 2021)

François Deck a enseigné à L’école supérieure d’art de Grenoble (art et société) et développé de nombreux jeux coopératifs en tant qu’artiste consultant (banques de questions 1995, Ezin zitekeena onartu [six langues], Bilbao 2012). Depuis 2010, L’école erratique propose de mutualiser les compétences et les incompétences dans le dessein de faire connaissance (Montréal, Genève, Shanghaï, etc.).Simultanément Brouillon général édite des brochures situées (Studium, 2019, avec Jacopo Rasmi, Objet médian et instauration, 2020. 85 titres). Les publications activent des relations à l’intérieur du processus de conception.

Aurore Després est maître de conférences (HDR) en arts de la scène à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, chercheuse du laboratoire ELLIADD (EA 4661) et membre associée du Laboratoire du Geste-Institut ACTE de Paris 1-Panthéon-Sorbonne. En lien avec sa pratique de danseuse et de chorégraphe, ses recherches portent sur le geste et sa perception, le temps et l’archive dans le champ de l’art chorégraphique contemporain, dans une approche esthétique à la fois écologique, archéologique et politique. Conceptrice du fonds d’archives audiovisuelles en ligne FANA Danse & Arts vivants, responsable du Diplôme Universitaire Art, danse et performance (2011-2014), elle a dirigé l’ouvrage collectif Gestes en éclats, Art, danse et performance, Presses du réel, 2016.

Guy Freixe est Professeur des universités en arts de la scène, comédien, metteur en scène et pédagogue de théâtre. Formé à l’École Jacques Lecoq, il intègre en juin 1981 la troupe du Théâtre du Soleil, dirigée par Ariane Mnouchkine. Metteur en scène, il dirige depuis 1988 le Théâtre du Frêne, compagnie conventionnée par le ministère de la Culture depuis 2000 et par le Conseil Départemental du Val-de-Marne. Il a mis en scène une trentaine de spectacles en France et à l’étranger. On peut citer parmi ses publications : La Filiation Copeau-Lecoq-Mnouchkine. Une lignée du jeu de l’acteur, L’Entretemps, 2014 ; Les Utopies du masque sur les scènes européennes du XXe siècle, L’Entretemps, 2010 (Prix du meilleur livre sur le théâtre du Syndicat de la critique décerné en 2011).

Engagé depuis près de quarante ans dans la recherche-création, Philippe Goudard est praticien et théoricien du cirque, de la médecine et du théâtre. Professeur des universités, docteur en médecine et en arts du spectacle, chercheur, il a créé et dirige le programme « Cirque : histoire, imaginaires, pratiques » au sein du Centre de recherches RiRRa21 (EA4209) à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 en France. Auteur, producteur et interprète d’une quarantaine de spectacles de cirque depuis ses débuts dans les années 1970, il est également acteur et metteur en scène au théâtre.

Marion Guyez est équilibriste, maîtresse de conférences en arts de la scène à l’Université Grenoble Alpes, co-directrice de la Compagnie d’Elles. Elle est l’autrice d’une thèse consacrée à l’hybridation de l’acrobatie et du texte sur les scènes circassiennes contemporaines qui s’inscrit dans une démarche de recherche-création et repose notamment sur son expérience d’équilibriste et de dramaturge. Elle a publié plusieurs articles sur les esthétiques du cirque, le genre et les arts de la rue. Elle poursuit ses recherches dans le domaine du cirque avec Poétique des (des)équilibres, un travail consacré à la documentation et l’expérimentation de sa discipline de prédilection et aux imaginaires des corps renversés.

Docteur en sociologie, Antoine Idier est responsable de la recherche à l’ésam Caen/Cherbourg. À ce titre, il assure notamment le co-pilotage du doctorat de recherche et de création RADIAN, initié en 2018 par l’ésam Caen/Cherbourg, l’ESADHaR, l’ENSA Normandie et Normandie Université. Ses recherches portent sur l’histoire de la sexualité et de la gauche, l’histoire des idées, l’art et la littérature. Il a notamment publié les livres Les Vies de Guy Hocquenghem. Politique, sexualité, culture (2017, Fayard) ; Archives des mouvements LGBT+ (2018, Textuel) ; Pureté et impureté de l’art. Michel Journiac et le sida (2019, Sombres torrents).

Mireille Losco-Lena est Professeure d’études théâtrales à l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre), où elle est responsable de la recherche. Ses travaux portent sur la dramaturgie et la mise en scène depuis le tournant 1900. Depuis 2013, elle travaille également sur la question de la recherche-création, d’un point de vue épistémologique, méthodologique et pédagogique. Elle a dirigé l’ouvrage Faire théâtre sous le signe de la recherche paru aux Presses Universitaires de Rennes en 2017.

Louis-Claude Paquin est professeur titulaire à l’École des médias de l’Université́ du Québec à Montréal (UQAM) et membre fondateur de Hexagram, un réseau international de recherche-création en arts médiatiques, design, technologie et culture numérique. Après avoir longtemps enseigné et étudié la rhétorique et la création de multimédias interactifs, il enseigne l’épistémologie et la méthodologie de la recherche-création. Son dernier ouvrage est intitulé « Faire de la recherche-création par cycles heuristiques ». Ses travaux récents portent sur la cartographie de la littérature et des pratiques singulières de recherche-création. Plusieurs de ses contributions sont disponibles en ligne sous licence Creative Commons (lcpaquin.com).

Laurent Pichaud est chorégraphe au sein des projets x-sud art/site, interprète auprès de différents autres chorégraphes, et artiste chercheur associé au département Danse de l’université Paris 8. Au sein de ses créations et recherches, il s’intéresse à l’inscription d’un geste chorégraphique dans des espaces non spécifiquement artistiques – projets de territoires avec ou pour des habitants, projets in situ, chorégraphies situées – qui lui permet de déployer une dimension chorégraphique dans des questions sociétales, et s’investit dans une réflexion sur la manière dont le processus chorégraphique rencontre d’autres méthodologies d’approche, que ce soit dans les champs pédagogique, universitaire voire anthropologique, qui l’aident à maintenir l’expérimentation ouverte grâce à l’invention de formats d’adresse aux spectateurs – conférence performée, visite guidée par la danse, écrits documentaires, livres d’artiste… Ainsi, son compagnonnage avec la chorégraphe américaine Deborah Hay s’épanouit maintenant dans un projet de « création thèse » à l’université Paris 8 intitulé : faire de l’in situ dans l’œuvre d’un.e autre artiste – Laurent Pichaud / Deborah Hay.

Après un doctorat à l’Université Grenoble Alpes, Jacopo Rasmi est maintenant maître de conférence (études italiennes et arts visuels) à l’Université de Saint Etienne. Toujours à la recherche d’une forme de vie et d’un mode d’étude désirables, il participe à l’activité de quelques revues (Multitudes, La revue Documentaires), programme parfois des projections de cinéma et a écrit au gré des rencontres : Générations Collapsonautes (avec Yves Citton, 2020) et Studium (avec François Deck, 2019).

Marine Riguet est MCF à l’Université de Reims Champagne-Ardenne en Littérature et en Humanités Numériques. Ses travaux, au croisement de l’histoire des idées et de la recherche-création, portent notamment sur les nouvelles pratiques d’écriture multimédiale. Elle est l’auteure de Faire littérature : genèse d’un laboratoire (Hermann, 2019).

Carolane Sanchez est docteure en Arts de la scène depuis 2019, auteure d’une thèse intitulée « Ce qui fait flamenco : palimpseste d’une recherche-création avec Juan Carlos Lérida » (Université Bourgogne Franche-Comté). Elle est actuellement ATER au sein du département Arts du spectacle de l’Université Bourgogne Franche-Comté. Elle mène de façon entremêlée à sa recherche universitaire son activité de pédagogue et artiste-chercheuse. Plus d’informations sur : https://www.carolane-sanchez.com/

Chorégraphe et professeure à l’UMR Litt&Arts, Gretchen Schiller est responsable du parcours Arts de la scène du Master Création Artistique à l’Université Grenoble Alpes. Elle dirige la Structure Fédérative de Recherche Création au sein de la Maison de la Création et de l’Innovation. Elle est également chercheuse principale du Performance Laboratory, projet IDEX réunissant des universitaires issus des disciplines de la géographie, des arts de la scène et de l’informatique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search