“Croisons le fer” ! D’une pratique de la chirurgie et de l’art vers une recherche-création par l’entaille

12 janvier 2023

Entretien avec Paulo Favalli (artiste-chirurgien) mené par Abigaïl Frantz (plasticienne, doctorante en Arts du spectacle, Univ. Franche-Comté), en présence d’Aurore Després (MCF HDR Univ. Franche-Comté)

Aurore Després est enseignante-chercheuse (HDR) en arts de la scène à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, chercheuse du laboratoire ELLIADD, membre associée du Laboratoire du geste lié à Paris 1-Panthéon-Sorbonne et membre active de l’association des Chercheurs en Danse (aCD). Danseuse et chorégraphe, ses recherches et recherches-créations portent sur le geste et sa perception, le temps et l’archive dans le champ de l’art chorégraphique contemporain, dans une approche esthétique à la fois écologique, archéologique et politique. Elle est responsable du fonds d’archives audiovisuelles en ligne FANA Danse & Arts vivants et directrice de la collection Gestes aux Presses du réel.

Paulo Favalli est chirurgien, spécialisé en chirurgie plastique, diplômé de l’Université Pontificale Catholique du Rio Grande do Sul en 1998 puis de l’École de Chirurgie des Hôpitaux de Paris. Également artiste, il a d’abord réalisé des illustrations médicales avant de s’intéresser au travail du bronze. Ses œuvres à mi chemin de l’objet anatomique et du cyborg font aussi référence à l’histoire de l’art, ou plutôt à des représentations du corps humain qui l’ont marquée : l’homme de Vitruve, La Petite Danseuse de Degas. Sa dernière œuvre Love + Death + Robots (and the Social Media) est actuellement présentée à l’exposition « Diagnosis : Reflections on Art, Medicine and Health », à la Casa da Memória à Porto Alegre.

Abigaïl Frantz a étudié à l’école des Beaux-Arts de Besançon où elle a obtenu un DNSEP en 2018. Elle est aujourd’hui plasticienne et pratique le dessin toutes techniques et la sculpture céramique. Sa thèse commencée en 2020 prolonge ses interrogations plastiques sur les relations entre vivant et violent, et plus particulièrement sur les dualités à l’œuvre dans le geste d’entaille : geste qui guérit, qui tue, qui amène à l’existence. Sa pratique est autant inspirée du surréalisme et de l’art fantastique que des codes de l’illustration scientifique ou du cabinet de curiosités.



Citer ce billet
Françoise Chambefort (2023, 29 janvier). “Croisons le fer” ! D’une pratique de la chirurgie et de l’art vers une recherche-création par l’entaille. Recherche Création. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ta3o

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search